Avion privé ou jet privé : quelles sont les différences ?

08.08.2022

L’imaginaire collectif établit une différence claire entre un avion privé et un jet privé : le terme “avion privé” fait référence à l’usage personnel qu’on fait de l’appareil, qu’il soit avion de tourisme ou bien avion de ligne.

 

Le terme “jet privé” est, lui, un type d’avion à réaction à part entière, plus petit que les avions commerciaux et souvent utilisé pour des vols privés, par opposition à des vols “réguliers”. Attardons-nous sur les différentes catégories d’avions et jets privés.

 

Les avions privés à hélice

 

C’est en 1903 que le premier avion prend son envol avec un moteur thermique (12CV, 4 cylindres en ligne), propulsé par une hélice. A son bord l’un des frères Wright, pionniers américains de l’aviation.  Même si l’aviation n’a cessé d’innover depuis lors, il est encore très fréquent aujourd’hui de voir des avions à hélice passer au-dessus de nos têtes, transportant des passagers sur de courtes distances. Ce sont des avions que nous pouvons trouver dans des aéroclubs, comme les Cessna 172 emportant 4 passagers, ou encore dans les aéroports du monde entier, avec l’ATR72 franco-italien transportant 70 passagers, très utilisé pour les vols régionaux. Ces deux avions ont tous deux une hélice mais leurs moteurs n’ont rien en commun.

 

Une hélice est constituée de deux (bipales) à 8 pales (pour l’Airbus A400M par exemple). En regardant de plus près, une hélice se rapproche du profil d’une aile d’avion. Son objectif est de transformer une puissance produite par un moteur en force de traction permettant à l’avion de prendre de la vitesse. Une hélice peut être entrainée par deux types de moteurs : le moteur à pistons et le turbopropulseur.

 

Comment fonctionne un avion à pistons ?

 

Le moteur à pistons, dérivé de l’industrie automobile, est utilisé depuis les années 1910 et les débuts de l’aviation. Son faible coût de fabrication et d’exploitation en fait un moteur très répandu.  Nous trouvons encore aujourd’hui des avions monomoteurs et bimoteurs à pistons.

 

Le fonctionnement du moteur est simple et repose sur un fonctionnement en cycle de 4 temps:

 

  • Admission
  • Compression
  • Explosion – Détente
  • Échappement

Responsive image

 

Les avions équipés de moteurs à pistons sont moins complexes à utiliser et peuvent être pilotés par un seul pilote. Cependant, pour des raisons de sécurité, Avico évite la location ou l’affrètement d’appareils sans un équipage de deux pilotes.  De même, sauf rare exception, Avico préfèrera toujours proposer une solution bimoteur à ses clients.

 

L’essence utilisée pour ce type de moteur, spécialement conçue pour les moteurs à pistons, est appelée 100LL. L’indice 100 représente l’indice d’Octane Moteur (très élevé) et traduit le comportement de l’essence lorsque le moteur est à pleine puissance. Le « LL » signifie « Low Lead », faible teneur en plomb.

 

Ces moteurs ne possèdent aucun turbo, Sans ce mécanisme, il est difficile d’atteindre une altitude de croisière optimale, d’utiliser des terrains en altitude ou de développer une forte puissance. Le turbocompresseur récupère les gaz chauds d’échappement pour faire tourner une turbine à haute vitesse. Ce mouvement permet d’aspirer puis de compresser une quantité importante d’air, offrant une puissance supplémentaire par une meilleur combustion du carburant. Ce sont dès lors des avions peu utilisés dans le transport privé.

 

Les moteurs à pistons : robustes mais limités et bruyants

 

Parmi les avions monomoteurs à pistons les plus notables, on citera:

 

  • Le Cessna 172 : avion d’aéroclub par excellence, il a effectué son premier vol en 1955 aux Etats-Unis. Doté d’ailes hautes et d’un train tricycle, il est très répandu en aviation de loisir et pour la formation des pilotes. A partir de 1963, une partie de la construction des Cessna s’effectue à Reims en France, chez le constructeur Reims Aviation, propriétaire de la licence, et ce jusqu’en 1982. En 1959, un Cessna 172 bat le record du monde en atterrissant en toute sécurité à son aéroport de départ dans le Nevada après 64 jours 22 heures de vol, avec ravitaillements bien entendu.

 

  • Le Robin DR400 : de fabrication française, originaire de Dijon-Darois (Côte d’Or), il est un avion-école réputé aussi bien pour la formation que pour le voyage. À bord, il offre entre 2 et 4 places en fonction de la motorisation.

 

  • Le Piper Saratoga : de taille plus importante que les avions précèdent, il est très prisé pour des transports de personnel, notamment en Afrique. Robuste et passe-partout il est l’allié des miniers et pétroliers pour atterrir sur des terrains escarpés.

 

  • Le Cirrus SR22 : avion américain de nouvelle génération il est l’avion monomoteur le plus vendu. Sa cabine est petite, avec 3 places arrière, mais il peut réaliser des vols privés de 1000 km à une vitesse de 270 km/h, ouvrant ainsi accès aux 600 aérodromes français.

 

Pour les avions bimoteurs à pistons :

 

  • Le Beechcraft Baron 58 : avion très utilisé dans la formation des pilotes commerciaux, qui peut aussi être utilisé pour des voyages d’affaires ou privés dans un rayon de 1500 km, même si sa cabine étroite, accueillant 4 passagers, est plutôt bruyante.

 

  • Le Diamond DA62 : avion de nouvelle génération, ses moteurs de 180 chevaux lui permettent d’emmener jusqu’à 5 passagers à une vitesse de croisière de 320 km/h avec une consommation de carburant de seulement 14 l/100 km.

 

  • Le Cessna C340 : est, lui, un avion taillé pour le transport privé. Le plus confortable dans la gamme des moteurs à pistons, avec sa cabine pressurisée (qui maintient une pression constante malgré les variations d’altitude). Il a été produit de 1971 à 1985 mais reste encore aujourd’hui très utilisé. Cependant, malgré une bonne insonorisation, la cabine reste bruyante, laissant entendre les deux moteurs de 310 chevaux chacun.

 

Comment fonctionne un avion turbopropulseur ?

 

D’aspect extérieur, un avion turbopropulseur est un simple avion à hélice. Mais en regardant de plus près le moteur et sa conception, celui-ci est un en réalité quasi identique à celui d’un avion turboréacteur (aussi appelé “jet”). A la seule différence que l’énergie est fournie par une turbine pour obtenir une traction générée par l’hélice.

 

C’est dans les années 1950 que ce nouveau type de moteur fait son apparition, remplaçant petit à petit les avions à hélices dotés de moteur à pistons. Ces moteurs sont révolutionnaires car ils permettent à la fois un gain de puissance significatif et une diminution des nuisances (vibrations et bruit) en cabine.

 

Responsive image

 

Les moteurs turbopropulseurs : puissance et confort

 

A l’inverse des moteurs à pistons, le turbopropulseur permet d’atteindre des niveaux de croisière élevés, offrant un voyage plus confortable (moins turbulent), plus rapide et silencieux. La puissance des moteurs turbopropulseurs permet leur adaptation sur des avions lourds, pouvant atteindre des vitesses comprises entre 300 et 600 km/h. Ils sont très utilisés dans l’aviation privée du fait de leurs faibles coûts d’exploitation et de leur efficacité opérationnelle. Les avions ainsi motorisés peuvent opérer sur des pistes courtes, comme celle de Courchevel ou de London City. A l’instar des avions à moteur à pistons, ils peuvent avoir plusieurs moteurs et sont utilisés aussi bien pour des vols commerciaux que des vols privés.

 

Combien coûte un vol en avion turbopropulseur ?

 

Prenons l’exemple d’un Pilatus PC 12, avion de construction Suisse, monomoteur turbopropulseur doté d’une cabine spacieuse pouvant accueillir 6 passagers. L’avantage majeur de cet avion est de pouvoir atteindre des terrains courts et sommaires, en terre ou herbe en altitude. Il peut donc d’atterrir au plus près de votre destination, là où des jets privés ne peuvent pas se rendre, et ce à un meilleur coût :

 

  • Pour rejoindre l’aéroport de Saint-Tropez la Môle, situé à 10 min de St Tropez.
    • Depuis l’aéroport de Paris Le Bourget rejoignez Saint Tropez en 1h45. Prix : 6 700€
    • Depuis l’aéroport de Genève rejoignez Saint Tropez en 1h00. Prix : 3 950€
    • Depuis l’aéroport de Milan rejoignez Saint Tropez en 1h00. Prix : 4 850€

 

  • L’aéroport de Venise – Lido, situé à seulement 5 minutes de Venise.
    • Depuis l’aéroport de Lyon rejoignez Venise en 1h45. Prix : 7 900 €
    • Depuis l’aéroport de Luxembourg rejoignez Venise en 1h35. Prix : 8000€
    • Depuis l’aéroport de Olbia rejoignez Venise en 1h25. Prix : 8250€

 

  • L’aéroport de Courchevel, situé sur le domaine skiable de Courchevel et Megève.
    • Depuis l’aéroport de Paris Le Bourget rejoignez Courchevel en 1h45. Prix : 5850 €
    • Depuis l’aéroport de Cannes rejoignez Courchevel en 0h40. Prix : 3 950 €
    • Depuis l’aéroport de Milan rejoignez Courchevel en 0h50. Prix : 4 350 €

 

Le Beechraft King Air est aussi un turbo propulseur, mais il s’agit cette fois d’un bimoteur. Cet avion d’entrée de gamme de 7 sièges est très pratique pour les voyages d’affaires de courte ou moyenne distance. Il permet, grâce à son autonomie de 3000 km, d’aborder la plupart des aéroports européens avec un avantage certain sur les pistes courtes. Il permet d’organiser facilement un voyage d’affaires ou d’agrément aux horaires de son choix à un prix raisonnable :

 

  • Depuis l’aéroport de Genève rejoignez Ibiza pour un prix de 12 900 €
  • Depuis l’aéroport de Paris-Le Bourget rejoignez Courchevel en 1h45. Prix : 7 350 €
  • Depuis l’aéroport de Genève rejoignez Saint Tropez en 1h00. Prix : 4 450 €

 

 

Les avantages et inconvénients d’un avion à hélice

 

Les deux types d’avion à hélice, avec un moteur à pistons ou un turbopropulseur, ont chacun leurs particularités. Pour la location d’un avion sur des trajets courts, nous privilégions les avions turbopropulseurs, permettant de voler sur des distances plus longues dans de très bonnes conditions de confort et de rapidité. Ce sont des avions parfaits pour des rendez-vous professionnels avec la possibilité de se poser au plus près de votre lieu de rendez-vous, au meilleur prix.

 

Les jets privés : confort et rapidité

 

Comment fonctionne le réacteur d’un avion ?

 

Le moteur à réaction (ou réacteur) est utilisé par la majorité des avions de ligne et pour cause, il offre une efficacité opérationnelle importante. Son fonctionnement suit le principe d’action-réaction cher à Newton.

 

Depuis les années 1960, les avions utilisent des réacteurs à « double flux ». Plus technologique, ce type de réacteur permet une réduction significative de la consommation de carburant (plus économique) et de la nuisance sonore. Il permet d’emporter un nombre de passagers ou de fret plus important avec une taille similaire aux réacteurs simple flux utilisés auparavant.

 

Le principe d’un réacteur consiste à produire un flux d’air à grande vitesse en sortie de réacteur. Plus le jet en sortie est élevé, plus la poussée qui fera avancer l’avion en réaction (d’où le nom) sera forte. Pour réaliser cette opération, les disques et les ailettes situées à l’avant du réacteur permettent d’aspirer l’air en entrée puis de le comprimer. L’air est ensuite transmis dans la chambre de combustion où l’on injecte du kérosène et une étincelle pour produire une explosion. Sous l’effet de celle-ci, les gaz se dilatent pour être expulsés à grande vitesse vers l’arrière du réacteur, plus étroit. Une turbine est située avant la sortie du réacteur, fixée sur un axe relié au compresseur, afin d’entrainer le mouvement. Ces avions utilisent une essence particulière pour fonctionner : le Jet A1, autrement appelé kérosène.

 

Responsive image

 

Un jet privé est donc un avion à réaction ?

 

On a donc vu ci-dessus que le terme anglais de “jet “ fait référence au gaz comprimé que le réacteur projette pour obtenir, en réaction, la poussée qui fait avancer l’avion. Un jet privé est donc un avion à réaction à usage privé, tout simplement !

 

Tout comme les avions de lignes moyen-courrier et long courrier, les jets privés sont aussi classés en différentes catégories. On ne parlera plus d’un modèle d’avions en particulier mais d’une catégorie comprenant différents types de jets privés.

 

Les catégories de jet privé, à quel prix ?

 

  • Light Jet, entre 1et 6 sièges:

Depuis Paris Le Bourget vers Londres Biggin Hill, temps de vol 0H50. Prix : 5 650 €

 

  • Midsize Jet, entre 6 et 12 sièges :

Depuis l’aéroport de Nice vers Madrid, temps de vol 1H40. Prix : 14 100 €

 

  • Heavy jet, entre 12 et 18 sièges :

Depuis Paris Le Bourget vers Zurich, temps de vol 0H55. Prix : 16 050 €

 

  • VIP Airliner jusqu’à 30 sièges:

Depuis Londres Biggin Hill vers New York, temps de vol 8H05. Prix : 85 500€

  • Boeing B737 BBJ
  • Airbus A318 ACJ

 

Les avantages et inconvénients des jets privés

 

Les jets privés permettent de voyager de façon rapide et confortable vers votre destination. Ils permettent d’effectuer des trajets multiples dans une même journée en réduisant nettement le temps perdu en formalités dans les aéroports. Muni de moteurs plus puissants et d’intérieurs spacieux, ces appareils permettent de réduire vos temps de transport, de travailler à bord et d’optimiser considérablement vos déplacements.

 

Finalement, avion privé ou jet privé ?

 

Si louer un avion privé revient souvent à utiliser des jets privés, nous avons vu qu’il existe une multitude de type d’avions, pas seulement des jets, répondant à des critères techniques différents. C’est ici qu’Avico joue pleinement son rôle de courtier aérien, en conseillant ses clients afin qu’ils choisissent l’avion qui correspond le mieux à leurs besoins puis en choisissant l’opérateur aérien qui propose la meilleure offre commerciale, technique et opérationnelle.

 

En résumé, si vous souhaitez voyager sur des distances inférieures à 2000 kilomètres, sur des petites pistes, au meilleur prix, l’avion privé à hélice sera la solution optimale. En plus du coût inférieur, dû à sa motorisation il reste néanmoins un avion spacieux. Le seul inconvénient reste sa vitesse de croisière inférieure à celle d’un jet privé. Une donnée peu significative sur des vols de moins de 2h.

 

En revanche, nous vous conseillons la location d’un jet privé pour des trajets plus longs, avec un confort à bord et de faibles nuisances (bruit ou vibrations) dans la cabine. Ces avions peuvent convenir pour des vols transcontinentaux de plus de 10 heures ou des vols vers des pays européens non limitrophes.

 

La multitude d’avions disponibles sur le marché offre un choix illimité pour trouver celui qui conviendra le mieux à votre déplacement. Louer un avion est donc le moyen de ne pas s’engager dans l’achat d’un appareil ne répondant qu’à une infime partie de vos besoins, qui par nature changent en permanence.

Onze bureaux à votre service partout dans le monde