Les jets privés atypiques, partie 1 : les jets privés noirs

21.02.2022

Les jets privés noirs

 

 

L’aviation d’affaires et les affrètements de jets privés constituent l’univers du « sur mesure » par excellence : le jour d’opération, les horaires de départ et arrivée, l’itinéraire, le type d’avion, le niveau de service à bord, absolument tout est “customisable” afin de coller parfaitement aux besoins des passagers les plus exigeants, qu’ils soient hommes ou femmes d’affaires, célébrités du sport ou personnalités publiques friands de luxe plus ou moins ostentatoire. Mais s’il est bien un domaine dans lequel l’originalité n’est pas de mise, c’est bien l’aspect extérieur. En effet, l’anonymat et la discrétion sont souvent des exigences absolues des passagers fréquents en jets privés ; choisir une livrée la plus passe-partout possible, c’est-à-dire blanche ou gris clair dans 90% des cas, contribue à remplir cette mission.

 

Mais certains sont exactement à l’opposé de cette tendance ; le Cessna Citation de base tout blanc, très peu pour eux ! Ceux-là veulent justement être reconnus partout où ils se posent et pour cela souhaitent sortir du lot. Ainsi, les dirigeants d’une grande marque de sportswear Américaine se déplacent dans un Gulfstream G550 orange, comme les premières chaussures de sport de la marque, et son immatriculation est N1972N (comme l’année de création de la marque). On peut aussi citer Lewis Hamilton et son Bombardier Challenger 605 rouge Ferrari (qu’il a revendu), ou encore plus récemment le rappeur et producteur Sean Combs (aussi connu sous le nom de Puff Daddy) qui vante sur les réseaux sociaux son magnifique jet privé Gulfstream “Black Excellence”, entièrement peint en noir laqué et piloté par un équipage 100% “African American”. Un autre Gulfstream G450 tout noir, mais en mat cette fois, appartient à la griffe italienne de mode Prada, qui s’est fait une spécialité de rendre le noir chic et ostensible. Après tout, quand on est prêt à débourser plusieurs millions de dollars pour acquérir un jet privé, pouvoir en choisir la couleur librement est bien la moindre des choses.

 

Responsive image
Le Gulfstream G550 d’une célèbre marque de sportswear Américaine

 

Pourtant, il est très rare que les opérateurs de jets privés ou les compagnies aériennes régulières s’écartent du blanc traditionnel pour leurs livrées. En effet, cela présente un certain nombre d’inconvénients.

D’abord, les peintures extérieures pour le fuselage sont moins chères en blanc que dans d’autres couleurs. Si ce facteur d’économie est clairement important pour les compagnies aériennes régulières qui possèdent plusieurs dizaines voire centaines d’appareils et se battent pour économiser chaque euro, ce n’est pas vraiment le cas pour nos riches possesseurs d’un jet privé.

En outre, plus une peinture est sombre, plus elle est épaisse car riche en pigments. De plus, pour obtenir une couleur très sombre et homogène, plus de couches de peinture seront nécessaires. Ainsi un jet entièrement noir pèsera plus qu’un jet tout blanc ce qui, sur le long terme et après plusieurs milliers d’heures de vol, finira par coûter cher en consommation supplémentaire de kérosène.

 

Responsive image
Le Gulfstream G450, jet privé noir mat appartenant à Prada

 

Mais le vrai problème économique est ailleurs. Tous les propriétaires de voitures le savent, la couleur noire absorbe la lumière du soleil quand le blanc la reflète ; ainsi un jet privé noir stationné sur un tarmac en plein air sera beaucoup plus vite chauffé par les rayons du soleil qu’un jet tout blanc : en plein soleil, par 35 degrés, la surface du fuselage approchera rapidement la température de 100 degrés, assez pour se brûler à son contact. Il faudra alors dépenser beaucoup plus d’énergie pour refroidir la cabine avant le départ. Le même phénomène se produit également en croisière, engendrant une consommation accrue de kérosène et donc une opération plus coûteuse.

 

Mais une consommation plus élevée n’est pas le seul désavantage des livrées sombres. Des experts en maintenance aéronautique affirment que la couleur blanche d’un fuselage d’avion permet d’identifier beaucoup plus facilement certaines anomalies (des traces d’huile, de petits impacts, des micro fissures etc) et donc rendrait la maintenance plus réactive, plus efficace et au final moins coûteuse. On peut aussi penser qu’un avion blanc se confond moins facilement avec le décor environnant, notamment au moment du décollage, ce qui permet aux oiseaux qui parfois s’aventurent autour des pistes de le repérer suffisamment tôt et d’éviter une collision. Ainsi, un jet privé noir, moins facilement visible, serait plus susceptible de subir de très coûteuses et redoutablement dangereuses ingestions aviaires qu’un jet privé blanc.

Onze bureaux à votre service partout dans le monde