Compensez le carbone émis lors de vos affrètements grâce à AVICO - 03 Fév 2020

Compensez le carbone émis lors de vos affrètements grâce à AVICO

AVICO met en place un système de compensation des émissions de Carbone pour ses clients

En tant que professionnels de l’aérien, nous sommes les acteurs les plus à même de rendre le transport aérien plus viable écologiquement et responsable.

Dans un contexte où les entreprises et le secteur aérien sont sous pression pour lutter davantage contre le réchauffement climatique, nous avons vu que les plus grands acteurs de notre industrie tels Air France ou encore easyJet prennent le sujet à bras le corps afin de compenser les émissions de CO2 de leurs voyageurs. Ces actions sont perçues par certain comme un écran de fumée, si les acteurs ne s’arrêtent qu’à cette compensation. Nous sommes convaincus qu’il n’en est rien pour les professionnels de l’aérien qui ont bien saisi l’importance de l’enjeu environnemental et notre rôle clef dans ce défi ; et donc que la compensation carbone est une première étape non suffisante, mais importante cependant.

C’est pour cela qu’AVICO compense d’ores et déjà ses propres émissions de CO2, et propose à compter du 1er février 2020 à l’ensemble de ses clients un mécanisme de compensation des émissions de CO2 des vols qu’ils affrètent, servant à financer un projet d’afforestation / reforestation en Afrique. Notre ambition est de créer le besoin ou l’envie chez nos clients, dans notre marché B2B qui est déjà sensible à ces questions, mais n’a pas nécessairement développé les outils de compensation associés aux voyages.

Cette première étape s’inscrit dans une démarche plus globale, où notre ambition est d’accompagner nos clients dans leur processus d’achat de prestations aériennes en intégrant la dimension environnementale dans le choix des avions affrétés.

Ces deux projets sont pour AVICO une contribution au mouvement de notre industrie pour répondre aux enjeux écologiques et sociétaux. « Ce nouveau défi écologique semble presque inaccessible, comme il semblait presque impossible à la NASA de tenir l’engagement du président Kennedy d’atteindre la Lune en moins de 10 ans. Nous avons besoin de technologies de rupture, de penser différemment, de tous travailler mieux, de revoir nos façons de voyager pour espérer l’atteindre » affirme Gilles Gompertz, Directeur Général AVICO.


Vidéo